Le vapotage : une pratique nuisible pour votre santé ?

Parallèlement à la poursuite des recherches sur les effets du vapotage sur la santé, les conclusions actuelles semblent confirmer que, indépendamment du produit utilisé, le vapotage reste une activité à risques. Le vapotage, en tant qu’introduction aux e-cigarettes et en tant qu’arrêt des produits du tabac, augmente le risque d’effets négatifs sur la santé. En dépit du temps nécessaire pour saisir pleinement les risques à long terme associés au vapotage, les connaissances acquises sont suffisantes pour une décision éclairée.

La différence entre le tabagisme et le vapotage

Les effets nuisibles de la cigarette sont bien connus et elle est responsable de près de 20 % des décès dans le monde. Bien que le vapotage puisse sembler une alternative moins dangereuse au tabagisme, les risques sont toujours présents, même dans le cas d’un liquide sans nicotine. Le vapotage étant une pratique relativement nouvelle, ses effets à long terme sont encore mal connus, en particulier dans le domaine de la santé respiratoire. Toutefois, compte tenu des conséquences négatives connues du tabagisme, telles que les maladies cardiaques, le cancer du poumon et la broncho-pneumopathie chronique obstructive, les effets semblables sur la santé pourraient éventuellement exciter aussi avec le vapotage.

Le débat en cours sur l’opposition entre le tabagisme passif et la vapeur de cigarette électronique soulève toujours de nombreuses interrogations en matière de santé publique. Bien que les rapports suggèrent que l’exposition à la vapeur de dispositif de vapotage est moins toxique que la fumée secondaire, cette exposition comporte néanmoins son propre lot de risques. Selon certaines enquêtes, la vapeur secondaire de cigarette électronique est composée de composés organiques volatils et de nicotine, de particules en quantités supérieures aux limites recommandées. Autrement dit, le vapotage passif est une forme de pollution de l’air.

Les effets du vapotage sur la santé

Les dents et les gencives

Aujourd’hui, les effets négatifs liés à l’utilisation de la cigarette sur la santé bucco-dentaire suscitent de plus en plus d’inquiétudes. L’exposition à l’aérosol du dispositif de vapotage peut accroître la propension des surfaces dentaires à développer des bactéries nocives. De plus, le vapotage est associé à l’inflammation des gencives. Les vapoteurs ressentent aussi une irritation de la gorge, des gencives et de la bouche. Selon les scientifiques, la nicotine et les dispositifs de vapotage sans nicotine peuvent endommager les cellules et les tissus buccaux des personnes qui ne fument pas de cigarettes.

Les poumons

D’après une étude récente, les effets du vapotage sur les cellules pulmonaires, tant chez l’homme que chez la souris, ont été mis en lumière. Selon les conclusions, les e-liquides aromatisés peuvent entraîner une inflammation, une toxicité et une oxydation. Toutefois, cette découverte ne s’applique pas nécessairement aux situations de vapotage dans la vie de tous les jours. En effet, le vapotage, avec ou sans nicotine, peut perturber le fonctionnement normal des poumons. Bien que cette recherche ne porte que sur un nombre limité de participants, elle suggère que cette pratique peut avoir des effets néfastes sur la santé pulmonaire, notamment la bronchiolite oblitérante.

De nombreuses données scientifiques suggèrent que l’exposition directe aux cigarettes électroniques peut entraîner une dégradation du système respiratoire. En général, les conséquences sur la santé pulmonaire risquent de se manifester seulement 25 à 30 ans plus tard. La longueur du délai ressemble au temps nécessaire à la reconnaissance des effets de la cigarette traditionnelle sur la santé. De même, les ingrédients toxiques contenus dans les dispositifs de vapotage ne seront peut-être pas pleinement compris avant une trentaine d’années.

Le cœur

Selon des recherches récentes sur les effets du vapotage, la cigarette électronique présente des risques potentiels pour la santé cardiovasculaire. Les aérosols de e-liquide utilisés dans le vapotage contiennent diverses particules nocives telles que des agents oxydants, des particules, des aldéhydes et de la nicotine, qui peuvent affecter le système cardiovasculaire après inhalation. L’inhalation d’une bouffée de cigarette électronique à la nicotine entraîne une augmentation du rythme cardiaque. En outre, le vapotage est susceptible d’augmenter la pression artérielle, un phénomène qui peut nuire à la santé cardiaque à long terme.

Dans une étude récente, aucun lien significatif entre les maladies cardiaques et l’utilisation des cigarettes électroniques n’a été établi. Toutefois, les personnes qui recourent à la fois aux cigarettes électroniques et aux cigarettes classiques risquent davantage de contracter un trouble cardiovasculaire. Selon une autre étude, l’utilisation de la cigarette électronique est associée à un risque plus élevé de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’angine de poitrine. En effet, les chercheurs interrogés sont parvenus à une conclusion identique : le vapotage régulier est lié à une probabilité accrue de crise cardiaque, surtout après prise en compte d’autres facteurs liés au mode de vie.

Les autres effets physiques

Selon le rapport, il existe des preuves irréfutables qui démontrent un stress oxydatif, un dysfonctionnement cellulaire et des lésions de l’ADN liés au vapotage. Malgré la corrélation entre certaines modifications cellulaires et le développement à long terme du cancer, il n’existe actuellement aucune preuve concluante de l’existence d’une cause directe de cancer dans le cadre du vapotage. De plus, les effets néfastes du vapotage ont été constatés dans plusieurs groupes démographiques, en particulier chez les jeunes. La consommation de nicotine par le biais du vapotage peut avoir un impact permanent sur le développement du cerveau chez les individus de moins de 26 ans.

La vaporisation du CBD ou du cannabis

La vaporisation du CBD ou du cannabis suscite un intérêt croissant chez les personnes qui cherchent à soulager la douleur ou à favoriser la relaxation. Cependant, les effets possibles doivent être considérés. En effet, la vaporisation de cannabis peut entraîner des troubles de la coordination, de la mémoire et de la résolution de problèmes. En outre, la nausée, les vomissements et l’accélération du rythme cardiaque peuvent être signalés. Il existe également un risque de dépendance à long terme. En revanche, la vaporisation du CBD demeure peu étudiée, mais certains effets secondaires ont été rapportés, notamment une légère fatigue, de l’irritabilité et des nausées. Il est important de noter que les e-liquides au CBD ou au cannabis peuvent contenir d’autres substances chimiques susceptibles de provoquer des effets secondaires similaires aux effets des cigarettes électroniques sans nicotine.

Les ingrédients à proscrire dans le dispositif de vapotage

Malgré la promotion du vapotage comme une alternative plus sûre au tabagisme, certains ingrédients présents dans le liquide du dispositif de vapotage peuvent susciter des inquiétudes. Pour minimiser les risques potentiels pour la santé, un certain nombre d’irritants reconnus, tel que les symptômes des flatulences et des ballonnements, doivent être soigneusement contrôlés au préalable. Il s’agit notamment de l’acétoïne, de l’acroléine, de l’acétylpropionyl, de l’acrylamide, du citral, de l’acrylonitrile, du benzaldéhyde, du cinnamaldéhyde, du crotonaldéhyde, du diacétyle, de l’eucalyptol, du formaldéhyde, de l’éthylvanilline, de l’o-vanilline, de l’oxyde de propylène, de la pentanedione (2,3-pentanedione), de la pulégone et de la vanilline. Bien que la plupart de ces substances soient communes à de nombreuses marques d’e-cigarettes, l’évitement des substances mentionnées ci-dessus peut réduire au minimum les risques d’effets secondaires négatifs.

La présence de nicotine dans l’e-liquide

Le débat sur la nocivité potentielle des liquides de vapotage à base de nicotine persiste depuis un certain temps. Cependant, l’utilisation de produits de vapotage à base de nicotine est indéniablement liée à un risque accru d’accoutumance. De plus, certaines enquêtes indiquent que les jeunes qui vapotent avec de la nicotine sont plus enclins à fumer des cigarettes traditionnelles par la suite. Les e-liquides sans nicotine contiennent divers produits chimiques potentiellement toxiques, notamment des agents aromatisants et des liquides de base. Selon certaines études, le vapotage sans nicotine peut provoquer des irritations respiratoires, des lésions cellulaires, des inflammations et des dommages aux vaisseaux sanguins. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour comprendre pleinement les effets du vapotage sans nicotine, les risques associés aux cigarettes électroniques ne semblent pas être négligés.

Les saveurs fluides

Selon un nombre croissant de témoignages, un grand nombre de liquides de vapotage peuvent être aromatisés. En effet, plusieurs études récentes ont révélé qu’une grande majorité des arômes testés contenaient une ou plusieurs substances chimiques potentiellement dangereuses. Plus précisément, du diacétyle, de l’acétoïne ou de l’acétylpropionyle ont été détectés dans 90 % des arômes testés. De plus, certains agents aromatiques utilisés dans les liquides de vapotage peuvent produire des effets toxiques sur les cellules, comme l’utilisation de cinnamaldéhyde, d’o-vanilline et de pentanedione. Étant donné les différences entre les listes d’ingrédients des différentes marques, les arômes d’e-liquide doivent être évités pour réduire au minimum les risques potentiels. Toutefois, certaines analyses suggèrent que les arômes tels que le camphre et la barbe à papa entre autres, sont à éviter.

Les mesures de précaution pour réduire le risque d’effets secondaires du vapotage

La réduction du risque d’effets indésirables liés au vapotage passe par la prise de certaines précautions. La première mesure préconisée est le recours à la liste des ingrédients présents dans le liquide de vapotage auprès du fabricant. En l’absence de cette information, la présence d’un produit potentiellement dangereux peut être un signe d’avertissement. De plus, les liquides aromatisés ne doivent pas être utilisés, en raison du risque de toxicité des agents aromatisants utilisés dans les liquides de vapotage. Les vapoteurs qui utilisent le vapotage dans le but de sevrer du tabac doivent également veiller à réduire progressivement la quantité de nicotine absorbée, pour ensuite passer à un vapotage sans nicotine. L’hydratation suffisante et le brossage des dents après le vapotage peuvent également contribuer à minimiser les effets secondaires.